Rungis roule en Zoé

La PEDAGOGIE, sans doute le mot clé pour convaincre que la voiture électrique est adaptée à l’essentiel de nos usages urbains. Voici encore une bonne initiative mise en oeuvre par la SEMMARIS, la société qui gère le marché international de Rungis.

C’est aujourd’hui que l’entreprise a lancé une nouvelle brique de son programme de sensibilisation aux technologies vertes en s’équipant de 7 Renault Zoé. Le parc est complété par des Kangoo ZE équipés d’un système de réfrigération alimenté par une batterie annexe. Objectif : toucher les 1 200 entreprises implantées sur le marché et leurs 25 000 clients. Le parc est géré via un outil d’auto-partage accessible en ligne. Autolib, adapté au Marché de Rungis en quelque sorte.

Rungis s'équipe en ZOE

En terme d’usage, les voitures sont principalement dédiées aux détaillants et restaurateurs pour gérer la logistique du dernier kilomètre. Ca peut paraître anecdotique mais les grands changements se faisant lentement, je suis persuadé que ce genre d’initiative va dans le bon sens et permet de lever des freins essentiellement psychologiques. Plus on verra de voitures électriques dans la rue, plus ça donnera envie aux autres d’en avoir. Amis artisans de Rungis, à vous de jouer !

Pour voir les voitures, rendez-vous sur le FlickR de la Semmaris.

Pour aller plus loin!

Déjà 1 mois et demi et près de 2 000 kilomètres parcourus avec notre Zoé.

Alors quel bilan?

1/ l’autonomie :

Il faut bien l’avouer, c’est LE point qui pose problème aux non possesseurs de véhicule électrique. Et pourtant, pour un usage urbain ou péri urbain, les 150 kilomètres d’autonomie ne posent aucun problème. Il suffit d’anticiper ses trajets et au besoin de repérer les points de recharge. En ce qui me concerne, je n’ai jamais eu le temps d’avoir peur, car point très positif, l’affichage de l’autonomie est TRES fiable. Il faut prendre le réflexe de recharger le soir, comme vous le faites avec un smartphone.

2/ le comportement :

Le comportement de la voiture influence le comportement du conducteur. Avec Zoé, le silence et la douceur de conduite m’incitent à une conduite tout en souplesse. Pour autant les accélérations sont franches. On est jamais à la traîne au feu rouge. J’ajoute que la conduite « cool » permet d’économiser la batterie. On se prend vite au jeu d’essayer de gagner des kilomètres. Bref, la voiture électrique a changé ma façon de conduire en passant de « comment faire pour aller plus vite » à comment faire pour aller plus loin »

3/ l’équipement :

Sur ce point c’est vraiment dommage car je trouve que Renault n’est pas allé jusqu’au bout alors qu’il me semble que c’était  le plus facile. Globalement la voiture est bien équipée, à 3 exceptions :

– la tablette R-Link : le principe est génial, mais que de plantages! Ça serait trop long de les énumérer ici, mais c’est vraiment dommage car les services proposés sont au top.
– la banquette arrière : je n’avais pas fait gaffe au moment de l’achat, mais faire l’économie d’une banquette rabattable 2/3 1/3…bof.
– enfin, quelques soucis pour ouvrir la trappe pour brancher la voiture mais rien de méchant.

Conclusion, c’est le bonheur à utiliser au quotidien. Si on ajoute le stationnement gratuit à Paris et quelques sollicitations reçues dont j’aurais l’occasion de vous reparler, c’est presque un sans faute.

Effet de mode?

Je ne sais pas si c’est le fruit du hasard, mais les opérations marketing sur le thème du Pit Stop ou du Car Wash se multiplient. En voici 4 pêchées ces 2 dernières semaines.

Pit Stop Renault F1 pour Renault :

Pit Stop Challenge de Norauto :

Car Wash by Mobil 1 :

Pit Stop Porsche pour le retour de la marque aux 24 heures du Mans :

Je trouve les 4 exécutions réussies. Chacune a son identité. Comme quoi, on peut surfer un même sujet tout en étant différent.

 

Je roule en Zoé…ou presque

Il faut sans doute être un peu précurseur pour se lancer dans l’achat d’un véhicule électrique. Mais avant de pouvoir rouler en Zoé, il faut surtout être patient…

Qui dit véhicule électrique, dit installation spécifique à la maison pour pouvoir recharger dans de bonnes conditions. Renault a bien signé un partenariat avec Veolia Proxi Serve, mais cela s’avère pour le moins laborieux. Résumé des épisodes précédents.

EPISODE 1 : être rappelé

Lors de ma commande, la vendeuse m’annonce une livraison au 4 juin, puis au 11. Bon, je prendrai mon mal en patience. Théoriquement, après la commande Veolia prend contact sous 48 heures avec moi pour fixer une date d’installation de l’équipement électrique. Formidable! 48 heures passent…puis 5 jours, 2 semaines. Je finis par relancer le concessionnaire. Toujours rien. Envoi d’un mail chez Veolia via le formulaire de contact. Et Veolia m’appelle!

EPISODE 2 : Caler un rendez-vous

J’apprends que Veolia n’a pas reçu mon dossier parce que « le concessionnaire n’a pas cliqué sur valider le formulaire »…je pouvais toujours attendre. Veolia rappelle Renault qui fait le nécessaire. Premier contact avec la plateforme téléphonique puis avec l’agence locale de Proxi Serve. Rendez-vous est pris pour le 13 mai. J’annule mon rendez vous la veille à cause d’un empêchement. Je prends la peine d’appeler 2 fois pour être bien sûr que l’annulation a été prise en compte. BINGO! le technicien se pointe…ne voyant personne il m’appelle et m’explique que « ce n’est pas grave, j’ai l’habitude ».

EPISODE 3 : caler un nouveau rendez-vous :

Malgré mes relances j’attends toujours que l’agence Veolia Proxi Serve daigne me rappeler pour fixer ce rendez-vous. Aux dernières nouvelles, « le responsable de l’agence est en vacances et son équipe ne peut pas prendre de rendez-vous sans lui ». Ca devient comique surtout quand Renault m’appelle ce matin pour me dire que ma Zoé est prête…avec 4 semaines d’avance sur le délai annoncé.

La suite au prochain épisode.

Mise à jour le 16/05/2014 : après de multiples relances, le rendez vous est calé pour lundi. Ouf !

Peugeot et Renault souffrent…mais y’a de l’espoir.

Pour bien commencer cette année 2013 (que je vous souhaite excellente), les médias se sont largement fait l’écho de la « chute », « baisse », « dégringolade », « catastrophe » du marché de l’automobile 2012 en France. On nous avait promis une année de marasme économique, cette petite news ne fait que tenir la promesse et maintenir le moral des Français en berne. Je passe sur l’analyse de cette baisse que vous retrouverez sur le site des Echos par exemple.

Tout de même. -21% pour Renault, -19% pour PSA. Grosse claque. Il faut dire que nos constructeurs sont pris en tenaille par une concurrence qui a fait de meilleurs choix stratégiques. D’un côté, les Allemands qui ont fait le choix (cohérent), d’investir sur la perception qualité/émotion/prix de leur marque, et de l’autre des constructeurs qui bénéficient de coûts de production plus bas et proposent un mix produit/image/prix plus cohérent.

Nos constructeurs sont donc coincés le cul entre 2 chaises et fabriquent des bagnoles de milieu de gamme, sans charme et vendues à coups de rabais taillés à la serpe, Peugeot allant même jusqu’à proposer 8000€ de remise en fin d’année 2012. N’importe quoi.

« Réenchanter ». Pour moi c’est le mot clé. Vous avez déjà entendu un de vos amis de vanter de rouler en Scenic (j’en ai un) ou en Picasso ? Moi pas. En revanche, « je roule en VW Touran » ou « en BMW 3 Touring », ça, ça le fait ! Je ne parle même pas des Mini et autre Fiat 500. Donc, à moins de délocaliser la totalité de la production et de jouer la carte du low cost à armes égales avec les Coréens, le réenchantement me paraît être une des clés. Et si j’en crois les annonces faites par Citroën sur la 2 CV et par Renault sur l’Alpine, il semblerait que ce chemin soit engagé. A suivre.